Distinction honorifique à Nguyên Phúc Kỳ, un ancien ONS

tải xuống

Le ministre conseiller de l’ambassade du Vietnam en France, Dang Giang (droite), rend hommage à Nguyên Phuc Ky pour ses actions engagées en faveur du Vietnam durant les années difficiles pendant et après la guerre anti-américaine.

Le Comité départemental de l’Essonne pour le Village de l’Amitié de Vân Canh au Vietnam et l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC) de l’Essonne ont remis à Nguyên Phuc Ky, cofondateur avec l’ARAC du Village de l’Amitié de Vân Canh, la Médaille d’Or de l’Office républicain des mérites civiques et militaires (ORMCM), lors d’une cérémonie organisée le 10 avril à Palaiseau, en banlieue de Paris.

Né en 1922 au village de Yên Lang, district de Dông Triêu, province de Quang Ninh (Nord), Nguyên Phuc Ky a été mobilisé en 1939 dans la main-d’œuvre indochinoise pour aller travailler en France comme interprète.

Cependant, à peine débarqué à Marseille, il était dirigé vers Toulouse et affecté à la 5e compagnie des ouvriers non spécialisés (ONS) pour travailler dans une poudrerie nationale. En 1941, répondant à l’appel du général De Gaulle, il s’est engagé dans les Forces Françaises Libres (FFL) en opposition au gouvernement de Vichy.

En 1944, il combattait dans les rangs des troupes françaises contre l’Allemagne nazie au front de l’Est dans la région de Belfort, puis poursuivait jusqu’à Saint Dié, dans les Vosges jusqu’au jour de la libération de la France (le 8 mai 1945).

Après la guerre, il travaillait comme ouvrier chez Peugeot à Sochaux, puis chez Renault à Paris, et faisait beaucoup d’autres métiers dans différentes sociétés. En même temps, il menait des études au Conservatoire national des arts et des métiers (CNAM) et est devenu plus tard ingénieur en chef dans le génie civil.

Parallèlement, Nguyên Phuc Ky participait activement à des activités contre la guerre américaine au Vietnam au sein de l’Union générale des Vietnamiens de France (UGVF). Comme ses compatriotes, il collectait des fonds, du matériel et des livres pour les envoyer au Vietnam.

Lorsque la paix fut établie au Vietnam, de concert avec l’architecte Vo Thanh Nghia, il participait à la conception du siège de l’ambassade du Vietnam à Paris et, sur proposition de Mai Van Bo, ambassadeur du Vietnam en France à l’époque, est devenu ingénieur conseil à l’ambassade.

Dès 1980, il a aidé l’ambassade à contacter des organismes français pour la récupération de matériels déjà utilisés mais toujours en bon état. Il a entamé aussi des actes de solidarité avec le Vietnam au sein de l’ARAC. Ce matériel (vêtements, matériels scolaires, électriques, ferroviaires et hospitaliers…) était envoyé par l’ARAC au Vietnam. Au total, 320 tonnes ont été expédiées.

En 1993, Nguyên Phuc Ky a été élu au Comité national de l’ARAC. De concert avec la Direction de l’ARAC, il a contribué à la création du Village de l’Amitié de Vân Canh, situé dans le district de Hoài Duc, à Hanoi. Ce village accueille de jeunes enfants et d’anciens combattants vietnamiens, victimes de l’agent orange/dioxine déversé par l’aviation américaine.

Prenant la parole à cette occasion, le ministre conseiller de l’ambassade du Vietnam en France, Dang Giang, a exprimé son admiration vis-à-vis de sa passion pour les études, son énergie et sa détermination pour devenir un intellectuel et membre actif de l’Association scientifique et technique de l’Union générale des Vietnamiens de France.

Il lui a rendu hommage pour les actions engagées en faveur du Vietnam durant les années difficiles pendant et après la guerre anti-américaine.

Selon le diplomate vietnamien, c’est pour ses contributions remarquables durant une longue période qu’il s’est vu décerner la Médaille de la Résistance (2e classe) par l’État vietnamien.

Dang Giang a notamment souligné l’engagement et le dévouement de Nguyên Phuc Ky au sein de l’ARAC pour la construction du Village de l’Amitié de Cân Canh et saisi cette occasion pour le remercier ainsi que les amis français pour leur soutien au village.

Pour sa part, Raphaël Vahé, président de l’ARAC, président du Comité français pour le Village de l’Amitié de Vân Canh, a apprécié l’engagement de Nguyên Phuc Ky dans les actions d’amitié et de solidarité de l’ARAC avec le peuple vietnamien. Il a estimé que la remise de l’ORMCM «témoigne de l’amitié entre le Vietnam et la France».Il a aussi lu la lettre de Georges Doussin, président d’honneur de l’ARAC et cofondateur du Village de l’Amitié de Vân Canh, qui rappelle son «aventure magnifique» avec Nguyên Phuc Ky depuis un quart de siècle dans la construction du Village de l’Amitié. D’après lui, ce dernier est devenu aujourd’hui non seulement une «réalisation humanitaire» mais encore une «œuvre de paix et de réconciliation entre les peuples».

Texte et photos : Bích Hà/CVN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :